ATELIER (MOTOCO)
BÂTIMENT 75
13 RUE DE PFASTATT
68200 MULHOUSE
anne.immele@gmail.com
+33 6 99 73 81 80
Memento Mori
But the Clouds
Ein See ist immer ganz in der Naehe
L'Agrandisseur
Biennale Photo de Mulhouse

Anne Immelé

JARDINS DU RIESTHAL A LA GALERIE MADÉ

03 Novembre 2022

Dans le cadre du festival Photo Saint Germain, la galerie Madé a le grand plaisir de vous présenter du 3 novembre 2022 au 13 janvier 2023 Jardins du Riesthal, une exposition photographique d'Anne Immelé.

Cette exposition s'inscrit également dans le parcours ELLES x Paris Photo à l'initiative de la commissaire Federica Chiocchetti.

Vernissage à la galerie le 3 novembre 2022 de 17h à 21h
Le projet photographique qu’a développé Anne Immelé dans les jardins du Riesthal montre l’évolution de la nature dans un jardin familial (auparavant jardin ouvrier). Au fil des années, la parcelle est passée d’un terrain nu à une oasis accueillant une grande variété de plantes. La nature a en partie été laissée libre d’agir et a ainsi permis aux plantes vagabondes et sauvages de cohabiter avec les plantes cultivées. Il en résulte un jardin vivant et en perpétuelle reconfiguration. La série est aussi élargie aux autres parcelles du site, présentant d’autres approches de la culture potagère. Les photos revêtent aussi une dimension sensorielle liée au temps des étés et des jeux d’enfants. La dimension écologique d’un tel projet est primordiale. Le plaisir du temps passé dans ces jardins est le meilleur moyen de transmettre des gestes de culture, de rapport à la terre aux générations futures.

Galerie Madé
30 rue Mazarine 75006
+33 1 53 10 14 34
made@galeriemade.com
www.galeriemade.com

NEW PHOTOBOOK

14 Octobre 2022

New photobook

Jardins du Riesthal
By Anne Immele
Text by Jean-Christophe Bailly in French and English
and by Corinne Maury
Editor : @mediapopeditions
Graphic design : @annelisebroyer

21 Octobre 2022
20 cm x 23 cm
Hard cover, 128 pages + 1 booklet
Printed at Escourbiac
Normal edition 30 - 60 €
Edition with an analog contact print 50 €
Limited and numeroted edition with an original analog print (picture 16cm x 16 cm on a 18 cm x 20cm Ilford warmpaper) 130 €

Jardins du Riesthal is avaiable in both UK and US throught the Charcoalbookclub
in US at Baltimore Photo Space

those eyes – these eyes – they fade C4 JOURNAL

31 Juillet 2022

Awoiska van der Molen, from Urban series, 2005-2008
"The primary role of artists is similar to that of writers: they both work to help us relearn, to look again and to question the nature of things. The same inquisitive energy is found in those eyes – these eyes – they fade, a group exhibition at Valletta Contemporary, Malta, featuring the work of photographic artists Nigel Baldacchino, Bénédicte Blondeau, Bernard Plossu and Awoiska van der Molen. These artists, in particular, are concerned with how we might see with photography a little differently. And like Berger, they ask us to experience photographs with an altogether slower pace.

The exhibition was born out of a series of conversations, held between Baldacchino and Blondeau, which nurtured a shared sensibility and belief in “what they see photography as being”. Their search for a renewed and collective understanding of ‘photographic-reading’ is at the heart of this collaboration. Expanded through ongoing, nourishing conversations with guest curator, Anne Immelé, they gravitated towards photography not as ‘evidence’, or pure ‘record’, but as something more slippery and enigmatic, with the capacity to ‘disturb’ the visible. “The show”, as Immelé introduces, “is conceived as an extended meditation, an active and poetic contemplation on the medium transcending its defining purpose.”

Alexander Mourant, C4 JOURNAL

AN EVANESCENT SYMPHONY. URBANAUTICA

25 Juillet 2022

Bénedicte Blondeau and Nigel Baldacchino
NOTES FROM MALTA
REVIEW BY STEVE BISSON
ABOUT THOSE EYES. THESE EYES. THEY FADE.
At Valletta Contemporary

"The depicted flight of the bird that hovers above the world's gravity and its concerns, or the look that embraces the silences of the deserts appear as metaphors of an existential stillness, understood as a natural flow of events and the impossibility of freezing eternity."
READ FULL REVIEW HERE ON URBANAUTICA

those eyes - these eyes - they fade

30 Juin 2022

Awoiska van der Molen, from Urban series, 2005-2008
those eyes - these eyes - they fade
Curated by Anne Immelé
Participating artists: Nigel Baldacchino (MT), Bénédicte Blondeau (BE), Awoiska van der Molen (NL), Bernard Plossu (FR)
12 July 2022 - 13 August 2022
VALLETTA CONTEMPORARY

The exhibition invites the viewer to move through contrasting environments that provoke a multiplicity of perceptions. Like images perceived within the blink of an eye, the exhibition articulates visions a reality that is sometimes near, other times far. From Bernard Plossu’s expansive, radiant deserts to Bénédicte Blondeau’s shadow-lit, barren caves, from Nigel Baldacchino’s urban parks at dawn to Awoiska van der Molen’s vacant urban architecture of inquietude at dusk, the photographs transport the viewer to imagined spaces, oscillating between the first signs of life at day break to dusk and disappearance.

Singular representation of natural or man-made objects and structures, these images recall the paradoxical nature of photography, characterised by its ability to record and represent the visible, as well as its capacity to disturb it. The presentation of photographic ‘evidence’ conveys doubt and introspection, gazing out, as a way of looking in.

Both intimate and distant, these images depict a close, personal outlook that is presented less as something to be grasped than something to witness. The spirit of the work, its silent universe, lies just outside the frame, reinforcing the paradox of photography as evocation rather than portrayal.

The exhibition itself does not present the photographed subjects and spaces in any kind of hierarchy or narrative. Instead, the show is conceived as an extended meditation, an active and poetic contemplation on the medium transcending its defining purpose.


Communications, PR & Logistics by Emma Mattei
The exhibition is benefitting from the Project Support Fund by Arts Council Malta
Additional support by: Noi Studio, Valletta Vintage, Ambassade de France à Malta, iLAB Photo, Saint Paul Valletta, People & Skin

VALLETTA CONTEMPORARY
15, 16, 17, Triq Lvant (East Street), Valletta, VLT1253, Malta



THOSE EYES . THESE EYES. THEY FADE URBANAUTICA

20 Juin 2022

A CONVERSATION WITH ANNE IMMELÉ
by Steve Bisson
READ ON URBANAUTICA

Mulhouse Biennial of Photography / BPM-Biennale de la Photographie de Mulhouse

22 Mai 2022

Marie Quéau, from "Odds and Ends"
ENG / FR

The 5th edition of the Mulhouse Biennial of Photography, Corps Célestes evokes a fascination with the cosmos, the stars and the imagination, which accompanies them like a constellation. Celestial bodies, infinitely distant, nourish dreams of conquest, but also link earthly life with the cosmos and propose to explain - owing to the celestial origins of atoms - the beginnings of life on earth. The programme joins human destinies with the destinies of stars. Isn't each existence after all, like a pulsar periodically emitting intense radiation, a celestial body?

BODIES QUESTING INFINITY
SMITH (Désidération, La Filature) believes that our civilization has lost something fundamental in its everyday relationship with stars in the sky. This edition's photographers share in this same belief. In La dérive des pôles, Vanessa Gandar (Séchoir) explores the phenomenon of falling meteorites to question our relationship to living things, the earth and the cosmos. Marie Quéau's Bas Monde (CCFF) draws attention to the fragile materiality of the human body whilst bridging it with mythologies of transcendence from antiquity and science fiction. The last in this trilogy of monographic exhibitions is Michal Korta's Stardust (Kohi). This series presents a constellation of beauty spots as a universe in its own right. Human body and interstellar infinity have long been linked. Kosmos in Ancient Greece signified the order of the world but also meant adornment and bodily ornament.

ASTRAL INFLUENCES
The allure of planets and wandering stars features in many of the group exhibitions, and the moon appears in Sous Influence (Musée des Beaux-Arts) as well as in Ce soir, la Lune rêve avec plus de paresse and Milky Way by Laura Keller (Galerie de la bibliothèque Grand'Rue). Additionally, the MBP 2022 invited the American artist Penelope Umbrico to create a new collaborative work - A Moon Gazer Society - based on photographs of the moon taken by people living in the region of the Grand Est (Hombourg and Musée des Beaux-Arts). For the Berlin collective CUCO, (The Sky Looks Amazing From Here, Kunsthaus L6) looking at the stars and meeting the inaccessible, give way to the imagination. The exhibition Valles Marineris (Quai des cigognes) features the fabrication of images which go on to shape our vision of the universe and an interest in astronomical instruments of observation. Inspired by Mars, the exhibition presents viewpoints across scientific developments, from telescopic observation to images captured on probe or rover cameras.

TELLURIC FORCES
The exhibitions in Thann Face au vent du monde (route along the Rangen) and Là où les routes s'arrêtent (médiathèque) bring together the desert crossings of Bernard Plossu and Francis Kauffmann. Rocks and desert landscapes are testaments to a time immemorial when human life did not exist on earth. These landscapes are every human generation's inheritance and enable the circulation of rites and stories. Resident artist Amandine Freyd (Impressions cosmo-telluriques, Chapelle Saint Jean) visited the high-energy sites in the Vosges and Sundgau. Her photographs of a mineral world buried in telluric forces transport us to the sidereal.

FR
Baptisée CORPS CÉLESTES, cette 5e édition de la BPM évoque notre fascination pour le Cosmos, les astres, les étoiles et l'imaginaire qui les accompagne comme les constellations. Les corps célestes, infiniment lointains, nourrissent les rêves de conquêtes, mais permettent aussi de relier la vie terrestre au cosmos et possiblement d'expliquer les origines de la vie sur terre – les atomes sont d'origine stellaire. La programmation de cette édition veut réunir les destins des humains à celui des astres. À l'instar des pulsars, ces étoiles émettant de façon périodique un rayonnement très intense, chaque existence n'est-elle pas un corps céleste ?

DES CORPS EN QUÊTE D'INFINI
Pour SMITH (Désidération, La Filature), notre civilisation semble avoir perdu quelque chose de fondamental dans son rapport quotidien avec le ciel étoilé. Ce constat est partagé par les photographes invités pour cette édition. La dérive des pôles de Vanessa Gandar (Séchoir) questionne les relations que les humains entretiennent avec le vivant, la Terre et le Cosmos à partir du phénomène de la chute des météorites. Dans Bas Monde (CCFF), Marie Quéau rappelle la fragilité du corps humain, expose sa matérialité, tout en le rattachant à des mythologies du dépassement se nourrissant à la fois de l'Antiquité et de la science-fiction. Cette trilogie d'expositions monographiques majeures est complétée par Stardust de Michal Korta (Kohi). La série présente une constellation de grains de beauté, révèle un univers à part entière. Le lien entre corps humain et infini interstellaire est connu. Dans la Grèce antique, Kosmos signifiait à la fois l'ordre du monde, la parure, et l'ornement corporel.

L'INFLUENCE DES ASTRES
La fascination pour les astres errants, se retrouve dans plusieurs expositions collectives : la Lune dans les expositions Sous Influence (Musée des Beaux-Arts), Ce soir, la Lune rêve avec plus de paresse et Milky Way de Laura Keller (Galerie de la bibliothèque Grand'Rue). La BPM 2022 a invité l'artiste américaine Penelope Umbrico à concevoir Moon Gazers, oeuvre inédite basée sur la collecte de photographies de la Lune auprès des habitants de la région Grand Est (Hombourg et Musée des Beaux-Arts).Pour le collectif berlinois CUCO, (The Sky Looks Amazing From Here, Kunsthaus L6) la vision des astres, rencontre avec l'inaccessible, permet un espace pour l'imagination. La fabrication des images dans la mise en scène de l'Univers et l'intérêt pour les dispositifs d'observation astronomiques se retrouvent dans l'exposition Valles Marineris (Quai des cigognes). Inspirée par Mars, l'exposition présente plusieurs points de vue à travers l'évolution des sciences, de l'observation au télescope jusqu'aux images prises par des caméras embarquées dans des sondes ou des rovers.

DES FORCES TELLURIQUES
Présentées à Thann, les expositions Face au vent du monde (parcours berges de la Thur) et Là où les routes s'arrêtent (médiathèque) réunissent les déserts traversés par Bernard Plossu et Francis Kauffmann. Les roches et les paysages désertiques sont autant de témoignages des temps immémoriaux d'une Terre d'avant la présence humaine. Ces paysages, dont chaque génération humaine hérite, permettent une circulation de rites et de récits. Invitée en résidence de création, Amandine Freyd (Impressions cosmo-telluriques, Chapelle Saint Jean) s'est rendue sur des lieux dit de haute énergie dans les Vosges et le Sundgau. Ces photographies du monde minéral, en relation avec des forces telluriques enfouies nous relient aussi à ce qui relève du sidéral.

15 expositions du 10 juin-17 juillet 2022
Toutes les infos sur les expositions sur le site de la BPM

NOP-Nouvel évènement photographique / Nancy

08 Septembre 2021

ENG : I’m participating to @levenementphotonancy in Nancy. The theme of this photo exhibition is relationships between human and trees.
The choice of photographs is about the lost of it. Some trees are still there in the middle of the urban construction, they are testimonies of a life energy.
The association between photographs recalls a lost relationship with trees and vegetal world, sometimes it recall a dreamed one.
Opening thuerday September 9 at 8:00 p.m

FR : Le thème de l’évènement photographique est la relation des humains aux arbres.
La sélection de mes photos mêle différentes séries, principalement OUBLIE, OUBLIE sur un quartier de banlieue mulhousienne avant sa destruction. Au milieu des blocs d’immeubles murés, ces quelques arbres témoignaient d’une énergie du vivant. Le jeu des associations évoque tantôt une relation perdue aux arbres et au monde végétal, tantôt une relation rêvée.
@levenementphotonancy est organisé par NOP nouvel observatoire photographique, réunit 28 photographes sur le site de l’ancienne usine Alstom du 09 au 26 septembre.

Approches du lieu // lacs, jardins, Galerie de la bibliothèque

21 Juin 2021

"L'exposition met en regard et en dialogue deux séries photographiques d’Anne Immelé encore en partie inédites, et pourtant emblématiques de son travail : les lacs, en particulier les lacs du massif des Vosges (au premier rang desquels le Lac blanc et le Lac noir) et les jardins, en l’occurrence les jardins du Riesthal, à la limite de Mulhouse et de la campagne sundgauvienne.
Les deux séries – lacs, jardins – donne lieu également à la conception d’un livre d’artiste inédit, réalisé spécialement pour l’exposition avec le concours de l’atelier de reliure de la bibliothèque. Livres qui font partie intégrante de l’exposition, en offrant une approche plus intimiste encore du travail photographique d’Anne Immelé." Michaël Guggenbuhl, Conservateur.

Cette exposition bénéficie de prêts du Musée Alsacien de Strasbourg, qui a acquis en 2020 une série de 6 photographies de lacs d’Anne Immelé.

Bibliothèque Grand'rue de Mulhouse
68100 Mulhouse
Du Samedi 26 Juin 2021 au Samedi 4 Septembre 2021

Des Herbes Folles, CeAAC

06 Décembre 2020

Participation à l'exposition collective
Des herbes folles
Commissaire Viktoria Von der Brüggen

Souvent discrètes, elles sont pourtant omniprésentes. D’une vitalité exceptionnelle, elles se développent dans les biotopes les plus variés, sans intervention humaine. Dans les prés, graminées, fleurs et herbes sauvages nous enchantent par la richesse de leurs couleurs et de leurs formes, par leurs parfums et leurs tremblements.

La grande résilience dont font aussi preuve ces êtres vivants se manifeste particulièrement dans des contextes urbains.

L’expression française « herbes folles » fait écho à plusieurs de ces aspects : ici, ‘fou’ peut aussi bien signifier ‘animé de mouvements irréguliers’ que sauvage, dans le sens de non dominé par l’homme, libre.
L’exposition présente toute une gamme d’approches où l’artiste s’intéresse au potentiel biologique et à la force d’expression poétique de cette végétation pour développer différentes thématiques liées à la relation de l’humain à son environnement : de la destruction de la biodiversité à la transformation du paysage, en passant par la représentation de la nature comme lieu de retraite et source de bien-être physiologique.


Elise Alloin / Stefan Auf der Maur / Marie Paule Bilger / Thomas Georg Blank & Işik Kaya / Mariann Blaser / Camille Brès / François Génot / Mathilde Caylou / Emmanuel Henninger / Anne Immelé / Melody Seiwert

Vernissage : 08.01.2021
Date de début : 08.01.2021
Date de fin : 14.03.2021


Ceaac, Strasbourg

6 PHOTOGRAPHIES INTÈgrent les collections du musée alsacien

18 Novembre 2020

Very happy that six photographs from the "Lakes series" are now part of the collections of the Alsatian Museum in Strasbourg.
Analog prints from color and black&white negatives. Sizes 80x80 cm and 50x50cm, framed by Le réverbère, Motoco. Anti-reflective glass. /
Très heureuse que six photographies de la série des Lacs fassent désormais partie des collections du Musée Alsacien de Strasbourg.
Tirages réalisés sous l'agrandisseur d'après négatif couleur et noir&blanc.
Formats 80x80 cm et 50x50cm, encadrement réalisé par Le réverbère, Motoco. Verre anti-reflet

CONFERENCE-RENCONTRE À LA LIBRAIRIE 47° NORD

03 Novembre 2020

Mardi 10 Novembre 2020 - 20h
Anne Immelé (REPORTÉE)
Conférence-rencontre avec Anne Immelé pour "Oublie oublie" aux éditions Médiapop, animée par Nicolas Bézard et suivie d'une séance de dédicace

Présentation du livre :
Le Nouveau Drouot est un quartier de Mulhouse voué à la démolition. Les photographies d’Anne Immelé témoignent d’édifices en sursis et rassemblent des portraits d’habitants dans des situations de vie difficile, dans l’incertitude de leur avenir, et parfois hantés par la nostalgie d’une enfance passée dans ce quartier construit dans les années 1950 pour accueillir les ouvriers de la reconstruction d’après guerre. Par touches impressionnistes, le livre aborde le quartier de manière organique, montrant son évolution vers une inéluctable destruction.


S'offrir le livre


Inscriptions par mail :
librairie@47degresnord.com en envoyant vos noms et prénoms et le nombre de places souhaitées
Ou par téléphone : 03 89 36 80 00

Oublie oublie " aux éditions Médiapop

26 Octobre 2020

SORTIE DU LIVRE
Oublie Oublie
Anne Immelé
Le 6 novembre
Commander chez Médiapop Editions

Le Nouveau Drouot est un quartier de Mulhouse voué à la démolition. Les photographies d’Anne Immelé témoignent d’édifices en sursis et rassemblent des portraits d’habitants dans des situations de vie difficile, dans l’incertitude de leur avenir, et parfois hantés par la nostalgie d’une enfance passée dans ce quartier construit dans les années 1950 pour accueillir les ouvriers de la reconstruction d’après guerre. Par touches impressionnistes, le livre aborde le quartier de manière organique, montrant son évolution vers une inéluctable destruction.

Anne Immelé développe des séries photographiques qui s’inscrivent dans un rapport politique et poétique au monde, questionnant la relation de l’individu à la communauté et la possibilité du partage d’une expérience commune dans les villes contemporaines, comme en témoignent ses précédentes publications, Les Antichambres (Filigranes édition, 2009), Twin Cities (Kunsthalle édition, 2012) et Constellations photographiques (Médiapop, 2015).

Édition numérotée de 1 à 10 accompagnée d’un tirage original collector disponible.

AUTRES FRONTIERES, Galerie en ligne

08 Juin 2020

Les drapeaux-nuages sont visibles sur le site du Forum Transfrontalier.
"Avec l’ouverture de LA GALERIE DU FORUM, les artistes sont désormais associés à nos réflexions sur les effets-frontières et sur leurs modes de représentation, à travers les différents médias, tels que les arts visuels, la création littéraire, la performance ; autant de possibilités de créer de nouvelles images et d’alimenter un dialogue fécond entre tous les partenaires." Walter Tschopp et Marcel Schiess, commissaires du projet.

Forum Transfrontalier

50 ans de photographie française de 1970 à nos jours Michel Poivert

30 Octobre 2019

Double page, associant une photo de la série WIR, et une photo d'Edouard Levé
Cet ouvrage vient combler un manque : aucune synthèse ne permettait jusqu’ici d’apprécier la nature et l’ampleur de la photographie française depuis la fin des Trente Glorieuses. Le pari est osé : comment inclure les différentes pratiques photographiques allant de l’information à l’art contemporain ?
Par des approches thématiques, telles que le renouvellement du reportage, la passion pour le paysage ou bien le témoignage social, l’ouvrage permet de reconstituer la diversité d’une scène française. Du journal au musée, du récit de soi à l’ambition documentaire, du témoignage militant à l’expérimentation plastique, la photographie a fait sa révolution culturelle pour ne plus être qu’un métier ou une passion, mais bien un langage expressif.
Au-delà des photographes humanistes qui ont caractérisé la photographie « française » jusqu’aux Trente Glorieuses, sont révélées ici près de trois générations qui constituent une scène française bien plus qu’une « école ».
Remise dans son contexte institutionnel et intellectuel, l’idée d’une photographie « en France » apparaît comme un fait artistique et social majeur.
Editions Textuels

Filigranes@fillesducalvaire 30 ans d'éditions

26 Juin 2019

Série WIR, silver print on warmtone paper 16 x 16 cm
Vue de l'exposition, photographie R.Bassenne
Une photographie issue de WIR est exposée à la galerie Les Filles du Calvaires à l'occasion de l'anniversaire de Filigranes Edition.

Exposition du 29 juin au 27 juillet 2019
[ Vernissage le samedi 29 juin de 15h à 20h ]

17 RUE DES FILLES DU CALVAIRE 75003 PARIS

Comme un souvenir…Fondation Fernet-Branca

26 Janvier 2019

© Anne Immelé, Lac noir, 2001
Dove Allouche (Le temps scellé, Collection du FRAC Alsace),
Pierre-Yves Freund, Anne Immelé

Une exposition pensée par Anne Immelé en résonance avec l’univers visuel d’Andréï Tarkovski
Exposition du 24.02.19 au 05.05.19

Le temps et la mémoire sont deux aspects majeurs du cinéma d’Andreï Tarkovski. Pour le cinéaste russe l’image est nécessairement poétique, elle a pour vocation d’exprimer la vie à travers le passage du temps. La dimension contemplative du rapport au paysage, l’importance de l’eau sous toutes ses formes, l’imbrication de différentes temporalités et l’errance sont autant d’éléments que l’on retrouve dans la pratique photographique d’Anne Immelé, invitée par la Fondation Fernet-Branca pour cette exposition qui ne se veut pas une illustration, mais une interrogation de l’univers visuel d’Andreï Tarkovski.
Afin de créer un dialogue en écho aux multiples dimensions de l’image chez Tarkovski, Anne Immelé a convoqué les œuvres de Pierre-Yves Freund et Dove Allouche, dont les œuvres sont marquées par le passage du temps. Les sculptures de Pierre-Yves Freund revêtent une dimension de suspend, de questionnements sans réponse ; l’altération et la modification des éléments solides ou liquides résonnent avec les préoccupations esthétiques de Tarkovski. Pour la série Le temps scellé, Dove Allouche est allé photographier les lieux du tournage de Stalker (1979) quelque trente ans après le tournage du film. Il en résulte des paysages chargés de la mémoire du film.

http://fondationfernet-branca.org

L'ATLAS DES NUAGES - FOndation françois Schneider

09 Juin 2018

Exposition du 23/06 au 30/09 2018

Publié en 1896, l’Atlas international des nuages, compilé grâce aux recherches et classifications de chercheurs comme Jean-Baptiste Lamarck, Luke Howard ou Ralph Abercrombie, est le premier ouvrage qui propose une nomenclature des nuages, notamment en latin, permettant aux météorologues européens de travailler tous ensemble. Cumulus, Stratus, Nimbus… deviennent ainsi les différents genres de nuages et témoignent de l’avènement et de la reconnaissance de la météorologie au 19ème siècle. Depuis l’antiquité, le thème du nuage est déjà prégnant dans l’iconographie et constitue un motif d’inspiration très important traversant les siècles, notamment à travers la peinture et la photographie.

Les drapeaux de nuages d’Anne Immelé interrogent les frontières tout comme les nuages-tampons de Marco Godinho questionnent les politiques migratoires et les flux humains de cette dernière décennie. Le nuage composé de 6000 ampoules créé par le collectif des canadiens Caitlind Brown & Wayne Garrett invite les visiteurs à jouer avec cet arbre de lumière. Pollution, fumée se retrouvent dans les travaux de Christophe Urbain quand Hoang Duong Cam dénonce les systèmes des mégapoles asiatiques. Berndnaut Smilde recompose des nuages éphémères. Tandis qu’Emilie Faïf fait battre leurs cœurs, Marion Baruch les transperce. Shilpa Gupta les emprisonne ou parle au ciel. Julie Guillem et Jean Gabriel Lopez recréent leur propre atlas des nuages avec des procédés anciens.

Liste des artistes : Marion Baruch, Hicham Berrada, Olaf Brzeski, Caitlind Brown & Wayne Garrett, Rhona Byrne, Hoang Duong Cam, Julien Discrit, Arpaïs du Bois, Latifa Echakhch, Emilie Faïf, Marco Godinho, Julie Guillem, Shilpa Gupta, Anne Immelé, Hao Jinfang & Wang Lijie, Feng Li, Jean-Gabriel Lopez, Johan Parent, Berndnaut Smilde, Christophe Urbain, Bruno v. Roels, Sophie Zénon.

Ce qui nous tient, ce à quoi nous tenons

20 Avril 2018

Installation au GRANIT, scène nationale de Belfort.
L’exposition « Ce qui nous tient, ce à quoi nous tenons » à la galerie du Granit, à Belfort, réunit les œuvres d’une vingtaine d’artistes contemporains : des installations, des photographies, des vidéos et des performances qui explorent les multiples formes du faire ensemble, du commun qui constitue la société.

Si le monde est d’une part un objet mouvant qui se perçoit par des agents et des sujets intermédiaires et s’il se pratique par la somme des individus qui le compose, il s’éprouve aussi dans l’espace des courtes distances, des rencontres et des relations interpersonnelles, là où les attentions et les présences mutuelles et réciproques d’échange et d’amitié sont porteuses d’un partage de situations sensibles. Dans ce monde plus ou moins étendu, tandis que les gestes s’adressent, la langue s’essaie et persévère, et ce faisant la parole court et revient autour de la table ou sur le terrain des liens tissés par celles et ceux qui l’animent, ramenés des coulisses sur les planches du théâtre du quotidien, là où le souci de l’autre se traduit par l’intérêt de faire ensemble et, à petite échelle, de faire société. Parce qu’aucun homme n’est une île, Ce qui nous tient, ce à quoi nous tenons est une invitation à épouser certaines formes du commun, celles qui se montrent par les moyens spécifiques de l’art, et celles qui, compatibles avec le monde, se meuvent par son dehors.

07 Avr - 26 Juin 2018
Commissaire Mickaël Roy
Programmation Pierre Soignon

But…the clouds" / Holzpark Klybeck / Bâle (CH)

22 Avril 2017

"But…the clouds" au Holzpark Klybeck de Bâle dans le cadre de la manifestation "Brücken schlagen statt Mauern bauen » initiée par la Fondation Parcours humain du 23 avril au 05 juin.
Die schweizweite Ausstellungsreihe «Parcours Humain» stellt durch die Verbindung von Kunst und Humanität die Frage nach der Menschlichkeit im Kontext der aktuellen Flüchtlingsschutzkrise.
Dabei setzt die Ausstellung auf starke soziokulturelle Elemente: Durch künstlerische Aktionen, Workshops mit Schulen und Asylorganisationen sowie durch Zusammenarbeit mit Hilfsorganisationen und zuständigen Ämtern entsteht über drei Parcoursstationen ein Dialograum, der zur vertieften Auseinandersetzung und Begegnung einlädt. Basel steht historisch für Humanismus als Streben nach Menschlichkeit und stellt sich als Grenzort seit Jahrhunderten der Herausforderung: Brücken oder Mauern ? Mit Werken der Kunst für Menschlichkeit soll diese Herausforderung sichtbar und fühlbar gemacht
werden. Die inhaltlich miteinander verbundenen Parcoursstationen befinden sich im Dreispitz (Salon Mondial), Klybeck (Holzpark) und Weil am Rhein (Stapfelhus). Veranstalter des Ausstellungsprojektes «Parcours Humain Basel Dreiländereck» ist der gemeinnützige Kunstverein Weg der Menschlichkeit. Kunstpartner sind Atelier Mondial Basel und Kunstverein Weil am Rhein.
Mitwirkende: Christoph Merian Stiftung, Caritas, SolidarMed, Schweizerische Flüchtligshilfe
Kuratoren
Marco Stoffel, Anwalt und Kurator
Ausstellungskurator & Projektleiter
Katrin Sperry, Kunsthistorikerin
Co-Kuratorin Holzpark Klybeck
Patrick Lützelschwab, Kunstschaffender
Co-Kurator Stapflehus
"But...the clouds", avril 2017, Holzpark Klybeck, Bâle.

BORDER CROSSING / REGIONALE 17

16 Novembre 2016

Wolken-Fahnen, Gymnasium Leonard, Basel, nov.2016
Pour l’exposition « Border Crossing », (curator : Andreas Frick und Martina Siegwolf) Anne Immelé continue la dissémination des drapeaux-nuages. 7 drapeaux-nuages sont installés dans l'espace des trois frontières (France-Allemagne, Suisse), ils invitent à un parcours transfrontalier : à Bâle ( Werkraum Warteck Burgweg 7-15 ; Leonard Gymnasium Kohlenberg 17 ; chez Mr. Rolf Furrer Architekturbüro St. Johanns-Vorstadt 38), à Weil-am-Rhein (Kesselhaus, Am Kesselhaus 13), à Hégenheim (Fabrikculture, 60 rue de Bâle), à Hombourg (devant la mairie, rue principale), à Mulhouse (Motoco, Bât75, site DMC, 13 Rue de Pfastatt). Pour le projet "But…the clouds", Anne Immelé associe le nuage au drapeau. Ce drapeau-nuage est un drapeau mondial, en écho à l’importance du transfrontalier, du flux et de l’échange entre tous les peuples. Ce drapeau questionne le rapport entre l’universel et le particulier, entre le local et le global. Le drapeau-nuage est aussi un appel poétique. L’image des nuages nous emmène toujours ailleurs, plus loin, par-delà les frontières des hommes. Les nuages incarnent la liberté, ils transgressent les territoires définis. Les nuages agissent comme appel vers l’infini, par-delà les frontières érigées par les hommes, qu’il s’agisse de frontières réelles ou symboliques.
DE
Projekt “Regionale 17: Border – Crossing”:
 Grenzen überschreiten, zwischen Ländern, Medien, Generationen und Institutionen ist das Thema der diesjährigen Regionale in der FABRIKculture in Hégenheim, kuratiert von Andreas Frick und Martina Siegwolf. Die Künstlerin Anne Immelé aus Mulhouse verbindet mit ihrem Fahnenprojekt "But….the Cloud" 2016 Frankreich, Deutschland und die Schweiz über den Luftraum. An verschiedenen Orten der Region sind Fahnen platziert auf denen Wolken und Himmel zu sehen sind. Fahnen markieren Orte und stehen als Flaggen für Nationalstaaten, territoriale Grenzen und kollektive Zugehörigkeit und Identitäten. Eine dieser Fahnen wird in Basel auf dem Malzsilo des Werkraum Warteck pp, eine am Gymnasium Leonhard am Barfüsserplatz und eine im St. Johann bis Mitte/Ende Januar zu sehen sein.

Conference constellations photographiques au ccam

14 Mars 2016

© David Favrod "Gaijin".
MERCREDI 23 MARS, 19:00 / Entrée libre
CONFÉRENCE / ANNE IMMELÉ "CONSTELLATIONS PHOTOGRAPHIQUES"
EN RAPPORT AVEC L''EXPOSITION "MICHEL MAZZONI : COLLISIONS", UNE CONFÉRENCE RELATIVE AU TRAVAIL DE MISE EN ESPACE D''OEUVRES PHOTOGRAPHIQUES
Dans cet essai paru aux éditions Médiapop en juin 2015, Anne Immelé – docteur en art, photographe, co-fondatrice et directrice de la Biennale de la photographie de Mulhouse – développe une réflexion sur le médium de l’exposition lui-même et sur les pratiques de mise en espace de la photographie "en constellation". « A  l''aube des années 2000, Wolfgang Tillmans a été l''un des permiers à créer des constellations conçues spéficiquement pour l''espace d''exposition. Son influence a été décisive, dans un contexte artistique dominé par les musiques électroniques et un mode de pensée en réseau lié aux pratiques et usages du Web. Les constellations de Wolfgang Tillmans sont représentatives d''un processus de création qui implique le photographe de la prise de vue jusqu’à la finalisation sous forme d''exposition dont il devient alors le curator, abolissant la traditionnelle distinction entre artiste et commissaire d''exposition. »
Anne Immelé "Constellations photographiques", Médiapop éditions

Et la mélancolie errante au bord des eaux

05 Mars 2016

Constellation photographique exposée dans l'exposition PLONGEONS-CARTE BLANCHE A LA HEAR, à la Fondation François Schneider de Wattwiller.
La mélancolie est un plongeon léger dans la pesanteur. L’installation des photographies montre un passage depuis des lieux de l’intimité vers des lieux de l’immemorial habités par l’eau, comme métaphore du plongeon en soi-même.

PLONGEONS
Carte blanche à la Haute école des arts du Rhin
Fondation François Schneider, Wattwiller
du 5 mars au 29 mai 2016
Commissaires : Anne Immelé et Edouard Boyer
Le Plateau-Option Art de la HEAR, Mulhouse
Vernissage le 4 mars 2016
La Fondation François Schneider
Centre d'art contemporain
27 rue de la Première Armée
68700 Wattwiller

PARUTION / CONSTELLATIONS PHOTOGRAPHIQUES /

27 Avril 2015

Ailleurs n°14 - médiapop éditions
ENG
Constellations of stars rely on the eyes of whoever has chosen and then connected the stars together, in order to create a configuration. The same applies to the photographer who constellates, orientates, then assembles and configures visible fragments. A constellation is a metaphor for photography, consistent with plurality and merging the heterogeneous.
This essay (in french) analyses photography layout practices in the shape of constellations, from a body of works by Wolfgang Tillmans, Raymonde April, Peter Puklus, Antoine d’Agata, Adam Broomberg & Olivier Chanarin, David Favrod, Marine Lanier, Vincent Delbrouck, Sylvain Couzinet-Jacques, Aleix Plademunt, Anouk Kruithof, Archive of Modern Conflict, Vera Schöpe, Mikhael Subotzky and Patrick Waterhouse, Ed Templeton, Anna Meschiari, Tacita Dean, Isabelle Le Minh, Carly Steinbrunn, Christophe Bourguedieu, Sophie Ristelhueber, Michael Schmidt and Christian Milovanoff.


FR
Les constellations d’étoiles n’existent que par le regard de celui qui a choisi puis connecté des étoiles entre elles afin de créer une configuration. De même, le photographe qui constelle va pointer des fragments de visible qu’il va agencer et configurer. La constellation, c’est une métaphore de la photographie, dans une pensée de la multiplicité et du rapprochement des hétérogènes.

Cet essai analyse les pratiques de mises en espace photographiques sous forme de constellations, à partir d’un corpus d’œuvres de Wolfgang Tillmans, Raymonde April, Peter Puklus, Antoine d’Agata, Adam Broomberg & Olivier Chanarin, David Favrod, Marine Lanier, Vincent Delbrouck, Sylvain Couzinet-Jacques, Aleix Plademunt, Anouk Kruithof, Archive of Modern Conflict, Vera Schöpe, Mikhael Subotzky et Patrick Waterhouse, Ed Templeton, Anna Meschiari, Tacita Dean, Isabelle Le Minh, Carly Steinbrunn, Christophe Bourguedieu, Sophie Ristelhueber, Michael Schmidt et Christian Milovanoff.

Médiapop éditions
Langue: Français
Date de publication : 1er juin 15
Format : 12 x 18 cm
Nombre de pages : 128
Isbn : 978-2-918932-36-9

QUE...NUAGES / Espace pour l'ARt / Arles

19 Mars 2015

© Anne Immelé "but...the clouds"
Un drapeau-nuage est présenté à la galerie arlésienne Espace pour l'art

Depuis l’automne 2014, Anne Immelé, fait fabriquer des petits drapeaux, sur lesquels sont imprimés des images de nuages, qu’elle dissémine à l’échelle mondiale. Chaque participant installe le drapeau dans un espace visible et envoie une photographie en échange du drapeau reçu.
Pour l’instant l’édition comporte 200 drapeaux. Ces petits drapeaux-nuages sont disséminés dans le monde entier et sont visibles, accrochés au façade ou installés dans un espace public : A Mexico, Santiago du Chili, New-York, Baton-Rouge, Escuminac, Chengdu, Tokyo, Kyoto, Le Caire, Alger, Plymouth, Berlin, Alcalà de Henares, Salerne, Arles, Marseille, Paris, Mulhouse, d’autres sont en partance vers l’Ouzbékistan, La Nouvelle Zélande, L’Argentine, la Pologne, le Kosovo.

Galerie "Espace pour l'art"
5 rue Réattu
13200 Arles
Directrice - Laetitia Talbot
04 90 97 23 95

D'UNE A DEUX : ANNE IMMELÉ / ISABELLE GIOVACCHINI

04 Février 2015

Photographies issues de la série "WIR"- galerie Jours de Lune
Exposition en duo à la Galerie des jours de Lune, Metz
Du 4 février au 2 mars 2015
Vernissage mercredi 4 février 2015 à 18h en présence des artistes
Commissariat : Viviane Zenner

Dans leur pratique respective, Isabelle Giovacchini et Anne Immelé rendent visible un paysage prêt à nous échapper. Loin de s’opposer, ces travaux s’entrepénètrent et se répondent. Parmi les phénomènes éphémères que sont les variations climatiques, Anne Immelé photographie les brumes, les nuées, les averses, qui cristallisent la relation intime qui se noue entre le regardeur et le paysage. Dans la série WIR, la photographe, relie ces éléments physiques transitoires à des états de pensées et d’émotions représentés par des portraits - autant de figures du détournement ou de l’engagement. En échos aux visages, Anne Immelé considère le paysage comme expérience sensible, comme une manière d’habiter le monde, en écho au « Je suis ce que je vois » de Paul Valery. Dans son texte Lumière étale, consacré aux photographies du livre WIR, Jean-Luc Nancy écrivait : « Les eaux diaphanes des yeux, leurs humeurs cristallines et vitrées sont étales : ni marée de larmes, ni jusant de froideur, mais le très lent bougéd’un sentiment sûr et fragile qui suspend ces humeurs au contact de l’image, qui leur communique son équilibre mouvant pendant qu’il vient s’étaler contre elles. »


"Isabelle Giovacchini est une adepte des sciences inexactes. Toujours son travail – on pourrait dire ses expériences – puise dans les marges de techniques désuètes. Elle emprunte àl’homme de science lorsqu’il est encore dans l’erreur ou l’approximation, là où l’étude et la recherche manquent souvent de basculer dans la poésie, la mystique ou la folie.
Mehr Licht ; idée absurde d’un dispositif capable de produire son ombre rencontre le motif du nuage dont la classification demeure une chimère. L’étude des nuages qui n’a jamais réussi àse constituer en une science se heurte à de nombreux écueils et notamment une mutation constante qui interdit toute modélisation. Ici encore la technique joue comme un élément littéraire : pour le grand tirage mural, l’image exposée a étéplongée directement dans un bain de fixateur sans passer par un premier bain de révélateur. L’image reste donc latente, fixée dans l’attente d’une révélation qui n’adviendra pas. Le réel n’a de cesse d’échapper àla technique. Le motif céruléen apparaît malgré tout, mais étouffé et seulement comme une image au second degré, un clichépris dans un entrelacs de résonances, de dispositifs incomplets et d’images incertaines. Ce que raconte Isabelle Giovacchini est l’échec attendu de quiconque voudrait regarder le ciel de haut, le glissement de l’éblouissement à l’aveuglement. » Nicolas Giraud, août 2012

Galerie des jours de lunes, 5 rue de l'arsenal, Metz. Du 04 février au 02 mars 2015. Lundi et samedi de 10h à16h. Du mardi au samedi de 9h à 18h.