ATELIER (MOTOCO)
BÂTIMENT 75
13 RUE DE PFASTATT
68200 MULHOUSE
anne.immele@gmail.com
+33 6 99 73 81 80
Memento Mori
But the Clouds
Ein See ist immer ganz in der Naehe
L'Agrandisseur
Biennale Photo de Mulhouse

Figures de l'éphémère

Anne Immelé, La dimension de memento mori de la photographie.
Introduction de Germain Roesz
Collection Cahiers recherche, Université de Strasbourg.
61 pages, 14,5 x 20,5 cm,
12 € frais de port inclus
ISBN 978-2-916058-45-0

«  Cet essai d’Anne Immele propose un parcours réflexif dans (par) quelques exemples photographiques qui sont liés au memento mori. L’auteur est aussi une photographe qui, dans sa pratique peut relier parfois ses images à cette problématique. Sa recherche personnelle se constitue autour de ce qu’elle appelle trois structures : séquences-disjonction, séquences-évocation et agencements-constellation. Elle le fait sous le terme d’ontologie en rappelant la définition de Bazin mais en déplacement de la photographie dans sa capacité à rendre compte d’une présence des choses au détriment d’une narration. Dans sa thèse soutenue en 2007 elle essaie de disjoindre la séquence de la narrativité (sans évidemment lui enlever toute cette capacité, cette réalité voire sa nécessité) et de lui donner son caractère de perception de pensée et d’émotion. C’est dans ce sens qu’elle indique que des « photographes aujourd’hui utilisent la séquence pour sa capacité à mettre en présence des fragments photographiques au contenu hétérogène, afin de questionner le sens de l’existence en tant que telle ». Il me semble alors, à partir de ces fondements, que la photographe chercheure puisse absolument réfléchir et répondre à la question de la représentation de la mort dans le champ contemporain (axe du séminaire de recherche doctorale que j’ai engagé voici quelques années). Le parcours qui nous est proposé ici rebondit en questions, en fulgurances et s’appuie sur un corpus, de photographes certes, mais aussi de théoriciens de la photographie souvent proches d’une saisie de l’image comme incarnation entre la vie et la mort. » Extrait de l'introduction de Germain Rœsz

COMMANDER Figures de l'éphémère
BACK
< PREV.
NEXT >